Petite trempette dans le grand bleu

Vivez aussi la traversée en images !

5h du mat. Je regarde mon téléphone et vois un message de Gaël sur notre groupe Whatsapp : “Conditions looking good, wake up chinas”. Je réponds aussitôt “Don’t need to wake up, did not sleep…”. Entre l’appréhension et l’excitation, j’ai à peine fermé l’œil. Ça ne m’empêche pas de me lever d’humeur motivée. C’est le Jour -J : aujourd’hui nous allons nager du Coin de Mire au Grand Baie Yacht Club.

Ce projet fou a été initié il y a quelques mois par Mark Elsbury qui n’est autre que le directeur de Nando’s, sponsor officiel de la course en eau libre Péreybère – Grand Baie qui se déroule chaque année fin avril. Nous sommes six téméraires à vouloir relever ce challenge : Gaël Duchenne, Peter Nicholson, Justin Preston, Dylan Bodenstein, Mark et moi-même.

Bien que nous soyons tous des nageurs avérés, nous avons dû nous entrainer très dur et ce, malgré les contraintes professionnelles et responsabilités familiales de chacun. Je ne compte plus le nombre de kilomètres avalés ces derniers mois… On n’est jamais assez préparé pour une traversée comme ça !

6h. Nous arrivons au Grand Baie Yacht Club, le jour est à peine levé. Nous finalisons les derniers préparatifs avant d’embarquer les bateaux qui nous emmèneront à la crique du Coin de Mire pour le départ. La mer est un peu houleuse mais je me persuade que ce sera mieux dans l’autre sens.

À peine arrivés au Coin de Mire, j’aperçois un, puis deux ailerons à 50 mètres de nous… Mon pire cauchemar ! La panique se dissipe après quelques secondes quand on réalise que ce ne sont que des dauphins. Ouf ! Après avoir enfilé mon bonnet et mes lunettes, et mis de la vaseline sous les aisselles – pour éviter les brûlures dues à l’usure -, me voilà prêt à plonger pour rejoindre les copains juste devant le Coin de Mire.

7h10. Le départ est donné par Bryce, le capitaine du bateau principal chargé de nous donner le cap. Les premiers hectomètres sont difficiles ; il y a du courant et on nage un peu les uns contre les autres ; peut-être à cause de notre peur du grand bleu ? J’aperçois des petites lumières fluorescentes au fond, je ne sais pas ce que c’est et ça me prend bien 10 minutes avant de trouver ça beau.

Les groupes se forment selon les rythmes de chacun. Gaël est devant, puis Pete et moi nageons ensemble, suivis des trois autres nageurs. Sur son kayak, Eric m’accompagne et me met en confiance. Je peine à voir la côte mais j’arrive à apercevoir les montagnes. Difficile de déterminer notre progression et il n’est surtout pas question de regarder derrière le Coin de Mire s’éloigner.

Eric me donne le temps de nage de temps à autres. « Encore loin ? » je lui demande à plusieurs reprises en parlant des récifs. J’ai hâte de sortir de ce grand bleu une fois pour toute… Je suis un nageur de piscine, pas Jacques Mayol !

Au fur et à mesure, je deviens une sorte de robot avec les bras qui tournent machinalement. Je ne suis pas là pour soigner ma technique, je souhaite juste avancer et briser les vagues. Comme elles viennent de l’Est et que c’est mon côté de respiration, j’en prends plein la gueule ! J’avale, je ne sais combien de tasses d’eau salée, et me dis qu’avec un peu chance ça guérira la toux que je traine depuis un moment. Il faut positiver dans ce genre de situation. Et une question me revient souvent : « pourquoi je fais ça ? » … Mes réponses les plus plausibles sont : aller au bout de moi-même et me découvrir profondément face à l’adversité, vaincre ma peur de nager en plein océan, inspirer mes fils un jour possiblement, qu’ils soient fiers de leur papa.

Fini la philo, j’arrive enfin aux récifs. Je suis à la moitié du parcours. Je me persuade que le plus dur est passé, mais il reste encore du chemin et faut pas baisser en intensité. J’en profite pour avaler quelques gorgées de ma potion magique que me passe Eric. Me voilà requinqué, mais dès que je repars je ressens des débuts de crampes qui me titillent les mollets. Va falloir faire gaffe et ne pas utiliser les jambes jusqu’à nouvel ordre. « J’ai pris mon magnésium ce matin ? Ah oui… ben j’aurais dû en prendre deux tiens ! »

Je nage carrément sur les récifs par moment, le reflux me donne l’impression de faire du sur place. Je mets encore plus d’effort pour sortir de là… Et quelques minutes plus tard, la délivrance ! Je vois le bateau principal et Gaël en train de se ravitailler. La fin est proche, mais pour y arriver faut reprendre des forces. Je bois un peu d’eau et j’engloutis la banane qu’on m’envoie ; on n’a pas le droit de toucher le bateau ! Pete arrive à son tour et on décide de terminer ensemble tous les 3.

On nage ce dernier kilomètre à toute allure… On sent l’écurie ! Quelques bateaux d’amis sont venus nous encourager, ça nous donne des ailes… Ou plutôt des ailerons ! Les derniers mètres sont fantastiques, on aperçoit les gens venus nous supporter et on entend des applaudissements. Ça fout la chair de poule, j’en ai même les larmes aux yeux. Au final, ça nous aura pris 2h29mins à nous trois pour arriver à destination.

Quelques minutes plus tard arrivent Justin, puis Mark, sous les applaudissements chaleureux du comité d’accueil. On apprend alors que Dylan, qui n’avait pas pu s’entrainer les deux dernières semaines, a été victime d’une grosse fringale et peine à finir. On décide tous les cinq de le rejoindre et nager avec lui afin de le motiver. Il n’a aucune intention d’abandonner, c’est un guerrier et il nous épate ! Il termine donc sa traversée avec un grand courage, suivi de nous tous ; comme une équipe soudée. Un grand moment que l’on n’est pas prêt d’oublier !

Nous avons souhaité associer notre effort à une juste cause et avons lancé une campagne de crowdfunding sur la plateforme Small Step Matters. Les dons récoltés seront reversés à des causes diverses. Nous remercions chaleureusement tous ceux qui ont soutenu notre projet pour leur support et leur générosité.

Cheers!

Faire un don sur Small Step Matters !

Partage sur

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on google
Share on whatsapp
Share on pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Posts populaires

À Propos

Contactez-nous

À Propos

Contactez-nous

Qui nous sommes

Le premier média interactif mauricien qui vous informe, vous divertit et vous fait sourire à travers des contenus différents.

Ce que nous faisons

MOODZ crée et diffuse différents formats de contenus originaux avec un style authentique et un ton décalé qui nous sont propres.

Articles

Vidéos

Podcasts

Quelques chiffres

2

ans
d'existence

8

vidéos
par mois

8

articles
par mois

2

podcasts
par mois

24,877

abonnés
sur Facebook

2,926

abonnés
sur Instagram

157,174

vues en moyenne
par post

23,264

taux d'engagement moyen par post

Partenaires

Trouvez-nous

41 A, rue de la Canistelle, 
Quartier du Baobab
Labourdonnais, île Maurice

E : [email protected]
T : +230 266 76 38

Moodz © 2020 – All Rights Reserved 
Designed and Developed by Beyond Communications

Contactez-nous ?

Les champs marqués d’un * sont obligatoires

41 A, rue de la Canistelle, Quartier du Baobab Labourdonnais, Mauritius

+230 266 76 38

Trouvez-nous

41 A, rue de la Canistelle, 
Quartier du Baobab
Labourdonnais, île Maurice

E : [email protected]
T : +230 266 76 38

Moodz © 2020 – All Rights Reserved
Designed and Developed by Beyond Communications