La Nouvelle Vague

Aujourd’hui nous allons une fois de plus parler cinéma, ou plutôt de l’histoire du cinéma. Je vous vois déjà lever les yeux au ciel rien qu’au fait que j’ai mentionné le mot ‘histoire’ mais pas d’inquiétudes, ça va être intéressant car cette partie de l’histoire du 7ème art est une histoire de rébellion et de réinvention. Ce sont vraiment les deux seuls ingrédients dont on a besoin pour faire évoluer les choses. Et c’est bien ce qu’un groupe d’artistes ambitieux, talentueux et surtout anticonformistes ont accomplis avec un mouvement qui a fait le cinéma d’autrefois prendre un virage brusque, le mouvement de la « Nouvelle Vague ».

Un peu de contexte avant tout. On se situe dans une période étrange, l’après-guerre en France. Cette Seconde Guerre Mondiale a profondément bouleversé l’ordre des choses, elle a créé une sorte de rupture dans l’esprit des gens et l’idée de reconstruction, de réinvention plutôt, flotte dans l’air. Le Cinéma Français est plus fragile que jamais et se sent encore plus menacé par les Accords de Blum-Byrnes, signés en 1946 qui, pour résumer, permettent le libre accès du cinéma Américain en France en échange d’importants avantages financiers. La France qui, durant la guerre était privée de films Américains, se retrouva noyée sous une vague de films Hollywoodiens ce qui a créé des tensions, mais on ne va pas s’attarder dessus. Au milieu de ce chaos dominé par cette présence Hollywoodienne, les précurseurs du mouvement, inspirés comme jamais, commencèrent leurs remise en question. Le cinéma français était à la recherche d’une nouvelle identité ou de sa vraie identité peut-être ?

‘Les Cahiers du Cinéma’ est une revue de cinéma français qui émergea durant cette période et en 1954 un jeune cinéphile du nom de François Truffaut publia un texte; ‘Une certaine tendance du cinéma français’ qui critique courageusement le cinéma traditionnel et ses méthodes trop bourgeoises et parfaites. Son texte marqua le lancement, la naissance du mouvement de la Nouvelle Vague.

Cette naissance fut mise en lumière quand Truffaut projeta son premier long-métrage, Les 400 Coups à Cannes en 1959 et reçut le Prix de la Mise en Scène à la surprise de beaucoup. Le film est en large partie autobiographique et raconte les évènements de sa jeunesse vagabonde ce qui peut se rapprocher de l’idée que l’identité du Cinéma Français est intimement liée à l’identité de ces cinéastes ? Bref. On s’éloigne. Revenons sur le sujet du ‘Screw the system’ qui définit bien ce mouvement.

On ne peut pas parler de la Nouvelle Vague sans parler du fameux Jean-Luc Godard. Un pilier du mouvement qui a bien su briser les règles et explorer l’étendue des possibilités artistiques qu’offrent le cinéma.  Son film le plus connu, A Bout de Souffle réalisé en 1960 avec comme acteurs principaux Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg, est le parfait exemple pour comprendre le mouvement et ses caractéristiques techniques. D’un point de vue technique; il y a beaucoup de ‘jump-cuts’ qui déconstruisent et brisent cette continuité habituelle et mettent en avant le procédé du montage qui, normalement, est invisible. Les caméras sont plus légères et donc portables ce qui offre une plus grande variation de mise-en-scènes et montre ce côté un peu ‘amateur’. Le film est tourné en décors réels, à l’extérieur pour une lumière et une mise-en-scène minimaliste et plus naturelle (et aussi parce qu’ils avaient un budget très limité donc tout est bon dans le cochon… non.. bref). Les acteurs improvisaient la majorité de leurs dialogues et certains d’entre eux étaient carrément amateurs.

https://youtu.be/5uGcbjUFMs8

En gros ils faisaient tout pour aller à l’encontre de ces règles bien établies par le cinéma conventionnel qui était basé sur le professionnalisme et l’académisme. Ce côté amateur des films de la Nouvelle Vague était intentionnel. Ces jeunes cinéphiles tels que Godard, Truffaut, Agnès Varda étaient assoiffés de liberté et de faire des films propre à leurs visions artistiques uniques. Dans cette sombre période d’après-guerre leurs motivations étaient de rendre le cinéma français comme quelques chose de plus humain, un art qui explore notre condition.

Partage sur

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on google
Share on whatsapp
Share on pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Posts populaires

À Propos

Contactez-nous

Qui nous sommes

Le premier média interactif mauricien qui vous informe, vous divertit et vous fait sourire à travers des contenus différents.

Ce que nous faisons

MOODZ crée et diffuse différents formats de contenus originaux avec un style authentique et un ton décalé qui nous sont propres.

Articles

Vidéos

Podcasts

Quelques chiffres

2

ans
d'existence

8

vidéos
par mois

8

articles
par mois

2

podcasts
par mois

24,877

abonnés
sur Facebook

2,926

abonnés
sur Instagram

157,174

vues en moyenne
par post

23,264

taux d'engagement moyen par post

Partenaires

Trouvez-nous

41 A, rue de la Canistelle, 
Quartier du Baobab
Labourdonnais, île Maurice

E : [email protected]
T : +230 266 76 38

Moodz © 2020 – All Rights Reserved 
Designed and Developed by Beyond Communications

Contactez-nous ?

Les champs marqués d’un * sont obligatoires

41 A, rue de la Canistelle, Quartier du Baobab Labourdonnais, Mauritius

+230 266 76 38

Trouvez-nous

41 A, rue de la Canistelle, 
Quartier du Baobab
Labourdonnais, île Maurice

E : [email protected]
T : +230 266 76 38

Moodz © 2020 – All Rights Reserved
Designed and Developed by Beyond Communications